Chemins de mémoire autour de Limoges - Office de tourisme de Limoges

Chemins de mémoire autour de Limoges

La Seconde Guerre Mondiale a marqué esprits et lieux de notre territoire.

Parmi ces sites essentiels, retracez les épisodes les plus forts de l’histoire limousine.

Le Mont Gargan, haut lieu d'une bataille de la Résistance - © Jean-Louis Capdeville

 

Oradour, le village sanctuaire

Le 10 Juin 1944, les habitants du village d’Oradour-sur-Glane sont massacrés par une unité de soldats de la seconde division SS Das Reich. Ce drame demeure à ce jour un symbole de la barbarie nazie. Les ruines du village en portent les profonds stigmates et le parcours au sein de ses rues, accompagné de plaques commémoratives, vous permet de revenir sur les circonstances et le récit de ce jour tragique dans un silence propre au recueillement.

 

© Jean-Louis Capdeville
Le temps suspendu au cœur du village martyr d’Oradour-sur-Glane © Jean-Louis Capdeville

 

Nous vous recommandons de commencer la visite par le Centre de la Mémoire. Construit en 1999, ce site construit à proximité du village martyr permet de comprendre les circonstances de ces événements et ainsi de préserver le message de mémoire et de paix. Son parcours contextualise le récit de la Seconde Guerre Mondiale dès 1933, à travers une présentation de récits, de témoignages, de documents d’époque et d'expositions temporaires.

Au cœur de la résistance limousine

© Musée de la Résistance de Limoges
Le Musée de la Résistance transmet la mémoire de l’époque à travers des médias multiples.

 

Au moment de la Libération, Limoges a été une des premières villes de France a avoir été délivrée de l'occupation nazie par les efforts de ses habitants et de son réseau de résistants, le 21 Août 1944.  Lors de votre prochain séjour dans notre destination, prenez le temps de faire une halte dans son cœur historique.

À quelques pas de la cathédrale, le Musée de la Résistance (entièrement rénové en 2010) présente les différentes formes et actions de la résistance locale à travers une collection d'objets, d'armes et de documents authentiques. Il aborde également les thèmes du nazisme et de la déportation à travers divers médias tels que des témoignages audio et des films d'archives, ou au moyen d'expositions temporaires très riches et diversifiées.

 

© Musée de la Résistance de Peyrat-le-Château
Le Musée de la Résistance de Peyrat-le-Château accueille les passionnés de voyages culturels et historiques.

 

Un peu plus loin sur le territoire, poursuivez votre parcours jusqu'au Musée de la Résistance de Peyrat-le-Château. Dédié au réseau local de résistants et à Georges Guingouin, ce musée évoque en grands détails les événements et les stratégies mises en place dès l'été 1940 par les combattants de la liberté dans la lutte contre l’armée nazie.

À 30 kilomètres au Sud de Peyrat-le-Château, parcourez la campagne limousine jusqu’au sommet du Mont Gargan, site classé et haut lieu de la résistance limousine. Après un passage aux vestiges de la Chapelle Notre Dame de Bon Secours, arrêtez-vous enfin au niveau de la pierre mémoriale, apposée en 1992. Elle commémore à la fois les actions du réseau des maquisards limousins et la grande bataille décisive menée du 17 au 23 Juillet 1944, opposant soldats nazis et forces de la Résistance, menées par Georges Guingouin.

Depuis le début des années 50, une vingtaine de stèles et menhirs furent érigés dans le territoire des Monts et Barrages en hommage aux victimes du régime nazi et de ses opposants. Dès le milieu des années 80, des artistes locaux et renommés tels que Joseph Sanfourche, Marc Petit et Pierre Digan consacrèrent leur art au service du devoir de mémoire, à travers la réalisation d’œuvres d'art commémoratives comme les stèles de Moissannes et de Châteauneuf-la-Forêt.